J’ai lu « Mystère du père » – Cahier d’Hélène Lindsay

f9478

J’ai pris beaucoup de plaisir à lire cet ouvrage.

Hélène a un style narratif qui me plait beaucoup. Il se fait à la première personne ce qui nous permet, d’emblée, d’entrer dans l’intimité de l’auteur.

Par ailleurs, Hélène écrit avec beaucoup de douceur, beaucoup de délicatesse et de convictions. On entre dans son appartement avec elle. On voyage avec elle. On marche au bord de la mer en sa compagnie. On entend presque le son de la voix de sa fille.

De quoi parle « Mystère du père » ?

C’est avant tout la quête, et oui encore une quête, d’amour paternel. Hélène a non seulement grandi sans son père mais a été élevée par un beau-père extrêmement dur avec elle, plaçant la barre de la réussite très haut car seule la réussite sociale compte.

Aucune trace d’amour dans l’enfance d’Hélène. De l’éducation avant toute chose. Devenir une femme qui réussira sa carrière. Et de ce fait, jusqu’à ce qu’elle retrouve son père, elle n’aura de cesse de plaire à ce beau-père et à sa mère. Pour cela, elle réussira à l’école, au collège, au lycée. Elle aura un poste que beaucoup lui envierait. Voyagera. Renoncera à l’éducation de sa fille pour plaire à sa mère et à son beau-père

Et en effet, à chaque retour  dans la demeure familiale, elle leur offre cette réussite. Ce sacrifice.

Elle en oublie sa vie. Elle en oublie son corps. Son mari et leur fille.

Hélène a 32 ans. A réussi matériellement mais sombre personnellement, affectivement, physiquement.

Jusqu’au jour où elle retrouve ce père absent.

Sa vie va changer à partir du moment où son père la révèle à elle-même en lui offrant une renaissance. Il lui redonne goût à l’amour paternel.

Ecrit sous forme de journal intime, voire de cahier, ce roman se lit avec délicatesse. La délicatesse que met Hélène dans ses mots sur ses maux.

Je vous le recommande.

https://www.parvis.ch/fr/livres-et-brochures/mystere-du-pere

https://www.facebook.com/helene.lindsay.14?fref=ts

Margaux Gilquin

Paris, le 9 mai 2017

Publicités