Nicolas Demazeau, ce jeune auteur qui promet….

photo

Ce soir je suis pressée de vous présenter Nicolas Demazeau. Retenez son nom et son visage parce-que ce garçon là a une carrière d’auteur devant lui. Perso, il me fait penser à un auteur que nous adorons ma Lily Ju et moi mais je ne dirai rien car chaque auteur a sa voix, sa musique, ses accords. Donc Nicolas avant tout est Nicolas !

Je vous vois arriver amies lectrices et amis lecteurs. Si, si je vous vois. Vous vous demandez ce qui se passe là, comme ça d’un coup pour que je vous parle avec autant de fébrilité d’un jeune auteur.

Il s’est passé que le titre du roman « Les Nouveaux Humains » m’a attirée, que je me suis penchée sur la couverture, puis la quatrième de couv’ et que j’ai acheté son livre.

Et je l’ai dévoré. Le genre de livre dont vous lisez les 20 premières pages et auquel vous pensez toute la journée pressé que vous êtes de lire les 20 suivantes, puis les 20 suivantes, et ainsi de suite. Enfin non parce qu’arrivé à la fin vous voudriez que ça continue.

J’ai adoré « Les Nouveaux Humains ». Vraiment. Et comme à mon habitude je ne vous en dirai rien. Je veux que vous découvriez Nicolas son auteur, je veux que vous ayez envie, comme moi de vous pencher sur son livre, puis sa quatrième de couv’ et que vous l’achetiez.

Vous venez ? Je vous présente Nicolas S. Demazeau. En plus ses réponses au questionnaire Amélie Poulain sont à tomber::))) Je vous le dis ! Retenez son nom !

Nicolas, pouvez-vous  me raconter comment vous êtes venu à l’écriture et ce que vous avez commencé à écrire ?

Je crois que j’aime les histoires et que j’aime encore plus en raconter. Je me souviens avoir écrit vers huit ans un tout petit livre (richement illustré) qui racontait une aventure d’Indiana Jones. Plus tard, à l’adolescence, je me suis intéressé au cinéma et à l’écriture de scénarii (scénarios). J’ai lu quelques ouvrages sur le sujet et sur la dramaturgie en général, avant de commencer à écrire des morceaux d’histoires. J’ai ensuite abandonné tout ça et l’envie d’écrire n’est réapparue que bien des années plus tard. De ce regain d’intérêt est né « Les Nouveaux Humains ».

Faisiez-vous lire à quelqu’un ce que vous écriviez ou écriviez-vous des choses que vous ne montriez à personne ?

J’ai toujours tout gardé pour moi.

Lisiez-vous quand vous étiez enfant et adolescent ?

J’ai eu mes périodes, mais je ne suis pas un gros lecteur. Je me souviens avoir été accro à la collection des « Chair de poule ». Mais ma grosse révélation a été celle de toute une génération de lecteurs. Lorsque le premier tome de la saga Harry Potter est arrivé en France, j’avais l’âge du héros. Je faisais donc partie du public cible et mon adhésion à l’univers de J. K. Rowling a été totale et immédiate.

Aviez-vous des auteurs préférés ?

Non. Je ne lis pas assez pour pouvoir dire qu’un auteur me passionne plus qu’un autre.

Avez-vous écrit autre chose que des romans ?

Rien d’autre en dehors des ébauches de scénarios que j’écrivais à l’adolescence.

J’ai une question Nicolas, comment vous est venue l’idée de publier ?

C’est l’envie de partager «Les Nouveaux Humains » qui a motivé son écriture. Je ne serais probablement pas allé jusqu’au bout si j’avais eu en tête de garder cette histoire sur une clé usb.

J’ai adoré votre couverture. Est-ce vous qui l’avez conçue ?

Oui, grâce aux ressources « libres » disponibles sur internet. Les images qui composent la couverture viennent de la bibliothèque numérique d’images Pixabay.com. Pour la composition, j’ai utilisé le site de création graphique Canva.

Pouvez-vous me parler, en quelques mots, de ce livre ?

«Les Nouveaux Humains» est le seul livre que j’ai écrit. C’est un roman d’anticipation assez sobre. Comme je ne me sentais pas capable de gérer ça avec la rigueur que cela implique, je n’ai pas situé l’histoire dans un univers de science-fiction trop complexe. Pour ce qui est de l’intrigue, elle est plutôt linéaire et témoigne d’un moment charnière dans la vie du personnage principal. Quand j’ai eu terminé son écriture, je me suis dit que finalement ce roman relevait tout autant du parcours initiatique, que du thriller de science-fiction. Pour le résumer en une phrase, je dirais que «Les Nouveaux Humains » est un roman qui observe notre présent depuis un futur qui n’est pas à souhaiter.

Quelle place la lecture occupait-elle chez vos parents ? Y avait-il des livres, des journaux, des revues ?

Oui, ma mère avait toujours un livre en cours de lecture et mon père, qui ne lisait pas de romans quand j’étais petit, stockait en revanche une quantité de revues sportives. Aujourd’hui c’est un plus gros lecteur que ma mère.

Y a-t-il des moments précis où vous écrivez ?

Non, j’écris quand j’en ai le temps et surtout l’envie.

Comment écrivez vous ?

J’écris uniquement sur mon ordinateur parce que je suis paresseux et pas très ordonné… Il m’est arrivé de noter des idées sur des bouts de papiers, mais je me les envoyais ensuite très vite par email ou sms pour ne pas les perdre. Sur un document numérisé je peux effacer, mettre au propre, corriger au fur et à mesure et autant de fois que je le souhaite. J’ai d’ailleurs réécris un nombre incalculable de fois les premiers chapitres du roman. On lit souvent que les écrivains se font la main sur plusieurs romans avant d’en publier un. Moi, je n’en ai écrit qu’un, mais j’ai réellement l’impression de l’avoir écrit plusieurs fois. Ça a été un très bon exercice puisqu’il m’a aidé à trouver un rythme d’écriture.

Comment vous est venu l’idée de ce roman ?

Du besoin de m’exprimer. Je tenais à me créer une sauvegarde des idées et concepts que j’avais en tête. L’intrigue ne m’est venue que dans un second temps, en cherchant par quel moyen toutes ces idées pourraient s’articuler pour former une histoire. Ensuite, même si je savais exactement où le récit devait mener,  certains ressorts de l’histoire se sont greffés en cours d’écriture.

De qui vous êtes vous inspiré pour créer vos personnages ?

Je ne sais pas trop. Mais je me suis rendu compte que j’avais inconsciemment reproduit un schéma relationnel entre mes personnages, très inspiré d’un livre que j’adore. (Mais je ne dirai pas lequel)

Une dernière question, est ce que selon vous l’écrivain a un rôle particulier à jouer dans la société ?

Je pense que l’écrivain n’a pas de rôle particulier, mais le rôle que chaque lecteur voudra bien lui donner. Dès lors qu’on produit, qu’on créer et qu’on partage ensuite, on a forcément un impact. Sans même le vouloir on peut questionner, influencer, remettre en cause ou même simplement divertir… L’essentiel c’est de faire les choses. Ceux qui les reçoivent en font ce qu’ils veulent par la suite.

Cerise sur le gâteau, j’adore les réponses de Nicolas !

Le questionnaire façon Amélie Poulain

Nicolas aime

– Sa famille

– L’automne

– Caresser le ventre de mon chat

– Décorer le sapin de Noël

– l’odeur de la lessive

Nicolas n’aime pas

– Avoir froid quand il est à l’intérieur

– Les choux de Bruxelles

– Les araignées quand il est à l’intérieur

– La stupidité déguisée en divertissement

– N’aime pas trop les géraniums

Fiche contact de Nicolas S. Demazeau

Email : nicolas.dmz33@gmail.com

Page Facebook du livre : https://www.facebook.com/nsjdmz/?ref=aymt_homepage_panel

Lien Youtube du teaser : https://www.youtube.com/watch?v=gsHYcoy4gBU&t=

Lien Amazon.fr : https://www.amazon.fr/nouveaux-humains-Nicolas-S-Demazeau/dp/1975616618/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1510041764&sr=8-1&keywords=les+nouveaux+humains

 

Publicités