J’ai le plaisir de vous annoncer la sortie en mars 2018, de mon second roman « Apprendre à danser sous la pluie », aux Editions Lazare et Capucine.

« Laure se partage entre ce Paris flamboyant qu’elle aime tant où elle côtoie journalistes, auteurs, politiques, et la Grande Maison de la douce tante Marthe, dans la quiétude dont elle a besoin pour se ressourcer. Aidée d’Arnaud, un psy peu conventionnel, notre héroïne va remonter le temps jusqu’à un certain jour de juillet où sa vie a basculé, emportant avec elle Marie, sa sœur jumelle. Ainsi, entourée du ténébreux François, de ses amies fidèles Nade et Martine, elle va renouer petit à petit avec ces instants fugaces de bonheur qu’il faut savoir saisir, s’alléger de ce qui l’encombre et l’empêche d’avancer, pour se construire un avenir plein de promesses.
Résilience, amour et amitié sont les maîtres-mots de ce roman plein de gaîté, de joie, mais aussi de tendresse et d’humour. Plus qu’un ouvrage « feel good », ce livre vous emportera dans un tourbillon d’émotions dont vous ressortirez prêts à danser sous la pluie ! »

 

Voici les premiers retours de lectrices :

Apprendre à danser sous la pluie ! Contrairement à ce que l’on pense cela n’est pas donné à tout le monde … Mais Margaux l’a fait ! Et bien fait. Après avoir accouché dans la douleur (au sens propre comme au figuré) de son premier livre à travers lequel elle a crié sa révolte, son combat, sa rage d’avancer contre vents et marées (pour elle, et pour les plus de cinquante ans qui ont encore le droit au travail), elle nous offre sur un plateau d’argent son deuxième « bébé », un magnifique roman dans lequel nous retrouvons Tante Marthe, François et les autres personnages qu’elle nous a fait découvrir dans le Dernier Salaire. Nous voilà transportés entre Gironde et Lot et Garonne dans ces paysages qui lui sont si chers, où elle puise dans ses racines l’énergie de vivre et l’inspiration. Comme un peintre, qui du bout de son pinceau mets des touches de couleur sur la toile, Margaux du bout de sa plume couche sur le papier ses personnages, ses décors, avec délicatesse, tendresse, émotion … Derrière la battante qui sait crier sa colère et sa rage nous trouvons une Margaux, qui au travers de ses personnages réels et fictifs, nous dévoile sa sensibilité, sa fragilité. Ce roman, reçu sur ma boîte mail pour relecture à 21 h 50, je l’ai lu d’une seule traite, ce n’est pas un livre qui se lit par étapes ; comme on n’interrompt pas quelqu’un en pleine conversation, on ne peut pas refermer « Apprendre à danser sous la pluie » avant d’en avoir lu le dernier mot. Je suis sûre et certaine que ce roman deviendra un best seller et aura un énorme succès. Bravo Margaux et surtout merci. Françoise, Langon le 1er novembre 2017

 

J’ai ouvert le nouveau livre de Margaux GILQUIN avec beaucoup de curiosité d’autant que j’avais beaucoup aimé « Le dernier salaire » et que chacun sait qu’un second livre, annoncé de surcroit comme étant un roman, est une gageure !

… et je n’ai pas été déçue, loin de là.

Grâce au talent de Margaux, je me suis complètement glissée dans les personnages ; j’ai admiré la beauté des couleurs de la Gironde, goûté la douceur des après-midis dans la belle demeure de Tante Marthe et surtout vibré avec Laure.

J’ai refermé ce livre avec les larmes aux yeux.

C’est vraiment une réussite. On en redemande !

Caroline C.

Recevoir un cadeau aussi beau que le 2ème roman d’une femme que j’admire immensément, le découvrir en avant-première, en tourner les pages et avancer sans avoir envie d’aller me coucher. Il promet … Merci Margotte ❤️.

Publicités