Apprendre à Danser sous la pluie, au fil des jours…

Margaux Gilquin : un premier roman très attendu

23658571_746258645558002_2524330306422268981_n

Margaux Gilquin est une senior semblable à des milliers d’autres qui recherchent un emploi. Enfin, « semblable »… Pas vraiment. Un soir, après un énième refus, elle décide de coucher sa colère sur papier. En 15 jours, naîtra « Le Dernier Salaire » dans lequel elle décrit son quotidien au travers d’anecdotes, parfois drôles, toujours bien vues.

Ce cri retrace le combat d’une quinquagénaire qui se heurte de plein fouet à la réalité 2.0 du monde du travail. Mais ce livre est également porteur d’espoir et nous fait découvrir toute une galerie de personnages auxquels on s’attache immédiatement.

L’écriture à la fois incisive, rapide et pleine de trouvailles littéraires de Margaux nous emporte à ses côtés, nous faisant espérer une suite…

« Le Dernier Salaire », tout d’abord sorti en auto-édition, est très vite remarqué par les prestigieuses Editions XO qui décident de l’éditer à leur tour.

A partir de là, tout va s’enchaîner pour Margaux. Télévisions : journal télévisé de David Pujadas, 1001 vies avec Sophie Davant, Dans les yeux d’Olivier où elle livre un bouleversant témoignage, FR3 Aquitaine avec Christophe Zirnhelt et Bob Garcia, Grand Soir 3 où elle est reçue trois fois, Arte, LCI, pour ne citer que ces chaînes, et plusieurs radios dont RTL avec Vincent Parizot, Sud Radio avec Isabelle Brès, France Bleue, RCI, RCF, et beaucoup d’autres.

La presse relaie Le Dernier Salaire qui est primé par Le Prix du Toit Citoyen « Meilleur ouvrage sur le Monde du travail », 2017. Prix remis par deux Ministres après délibération au prestigieux Procope. Le Dernier Salaire est également sélectionné pour le prix le Pélerin, 2017.

Le Dernier Salaire, c’est le point de départ du nouveau roman d’autofiction de Margaux Gilquin « Apprendre à danser sous la pluie » où celle-ci nous conte ses aventures médiatiques, ses rencontres improbables et ses combats, sans jamais oublier ses personnages qui se livrent un peu plus, pour notre plus grand plaisir.

Vous pouvez retrouver toute l’actualité de Margaux Gilquin sur sa page Facebook : https://www.facebook.com  et sur son blog où elle partage avec nous ses coups de coeur – littéraires: https://mgchroniques.wordpress.com/qui-suis-je/.

La play list qui a accompagné l’écriture d’Apprendre à Danser sous la Pluie » est sur You Tube….

 

http://www.lazare-capucine.com/2018/02/16/margaux-gilquin-un-premier-roman-tres-attendu/

Play list du livre

Les chroniques

  1. https://leschroniquesdhangee.wordpress.com/2018/02/18/apprendre-a-danser-sous-la-pluie-de-margaux-gilquin-gros-coup-de-coeur/
  2. https://lesrebelles.net/numeros/37/files/assets/downloads/webzine.pdf
  3. http://marienel-lit.over-blog.com/2018/02/apprendre-a-danser-sous-la-pluie-de-margaux-gilquin.html
  4. https://www.facebook.com/DeAmorimCristina/?hc_ref=ARSPybPH21LClX1r9Ho2wD875zYxiekQzhH3LWtXf_DDSYf
  5. https://les-livres-de-zelie.blogspot.fr/2018/02/chroniqueapprendre-danser-sous-la-pluie.html?spref=fb
  6. https://frenesieslivresques.wordpress.com/2018/02/23/apprendre-a-danser-sous-la-pluie-margaux-gilquin/
  7. https://livresque78.wordpress.com/2018/03/20/apprendre-a-danser-sous-la-pluie-de-margaux-gilquin/
  8. https://loliartesia.com/2018/03/16/apprendre-a-danser-sous-la-pluie-margaux-gilquin/
  9. http://chantal-lafon-12.skyrock.com/3310675508-Apprendre-a-danser-sous-la-pluie-de-Margaux-Gilquin-aux-editions.html?fb_action_ids=2113416038895113&fb_action_types=skyrock-com%3Apost
  10. http://www.jaipiscineavecsimone.com/apprendre-a-danser-sous-la-pluie-le-roman-resilient-de-margaux-gilquin/
  11. https://chroniquesaigues.com/2018/03/23/apprendre-a-danser-sous-la-pluie-margaux-gilquin/
  12. http://www.hellocoton.fr/to/2zJoK#https://guillemetteallardbares.wordpress.com/2018/02/28/lecture-coup-de-coeur-apprendre-a-danser-sous-la-pluie-de-margaux-gilquin-bonus-interview/
  13. https://4bookine.word press.com/2018/04/03/apprendre-a-danser-sous-la-pluie-de-margaux-gilquin/
  14. https://elisatixen.wordpress.com/
  15. https://lyseelivres.wordpress.com/2018/04/30/2018-38-apprendre-a-danser-sous-la-pluie-margaux-gilquin/
  16. http://www.lesateliersdesam.fr/
  17. http://lizzoneimaginativeetlitteraire.blogspot.fr/2018/05/apprendre-danser-sous-la-pluie.html
  18. https://exulire.blogspot.fr/2018/05/apprendre-danser-sous-la-pluie-margaux.html

 

Les dédicaces et salons à venir

27857768_783156845201515_6187792834494542276_n

Planning dédicaces et salons pour 2018

 Le 17 mars : Paris (75)
Le 7 avril : Blaye à la Libraire Jaufré Rudel (33)
Le 21 avril : Cultura Bègles (33)
Le 27 avril : Fnac de Bordeaux (33)
Les 4 & 5 mai : Centre Culturel Leclerc de Langon (33)

Le 20 mai : Salon du livre de Parentis en Born (40)

Le 24 mai : Causerie Littéraire, à la Causerie des Chartons, Bordeaux(33)

*-*-*-*-*

Dédicace des 4 & 5 mai 2018 à Langon (33)

 Dédicace Fnac Bordeaux le 28 avril 2018

Dédicace Cultura Bordeaux le 21 avril 2018

 

 

*-*-*
Les avis des lectrices
June Summer
Dans ce livre qu’on finit au cœur de la nuit sans pouvoir en interrompre la lecture…
La profondeur psychologique des personnages, le message positif de leur parcours, l’atmosphère délicieuse décrite par une plume délicate et sensible, m’a emmenée avec eux, si bien qu’ils sont un peu devenus des amis…
Comme une envie de sauter dans les flaques avec des bottes roses…
Merci pour cette bouffée de bonne humeur mêlée à une juste dose de nostalgie. Ni trop ni pas assez.
Belle route à ce 2ème roman❤
Margaux Gilquin, découverte pour son premier ouvrage « le dernier salaire », nous livre un deuxième opus différent, plein de sensibilité. Sa plume est légère et douce, son style sûr. On s’attache à ses personnages, savoureusement décrits. Qui n’aimerait pas avoir une tante Marthe dans son entourage ? Margaux a su parfaitement se renouveler et on attend avec impatience une suite.

 

J’ai adoré …je me suis régalée ,évadée et retrouvée parfois…c’est beau ,gaie , léger ,triste , plein d’espoir et tellement bien écrit..
j’avais aimé le premier livre de Margaux…et j’en redemande….
Parce qu’elle aborde le thème de la résilience avec des mots qui vous touchent, parce que son histoire vous fait voyager de belle façon, parce que l’héroine affronte ses peurs , son passé avec un courage qui vous touche…Bravo Margaux pour ce second roman qui confirme un talent qu’on a envie de faire partager .
 
Bonjour Margaux, je viens de terminer ton livre à l’instant… je l’ai lu petit à petit, car dès les premières pages, je savais qu’il allait me manquer… c’est tout simplement magnifique ! J’aurais aimé que l’histoire continue encore et encore !! Margaux, ton style est envoûtant !! Continue et profite de l’instant présent…
une belle histoire, mais avant tout un livre qui fait du bien, et c’est tellement rare, continuez à écrire, félicitations Margaux
Un joli livre à déguster sans modération.Beaucoup de délicatesse et de tendresse.Le chemin vers le bonheur est semé d’embuches mais chacun y cherche le sien au milieu de cette campagne bordelaise si apaisante.
Oui la vie se conjugue, avec les amis, les inconnus bienveillants, avec soi-même à condition de bien connaître ses temps. Ne pas se laisser envahir, toujours se recentrer sur l’essentiel : la vie.
Comme dans les films de Claude Sautet il y a la Vie, les éclats de rire, les larmes, les amis, les effets pervers de la société, les apparences et de la profondeur dans chaque être.
Une chose est certaine, Margaux a trouvé le sens de ses mots et nous attentons l’histoire de tante Marthe avec une belle impatience, que nous la lisions au coin du feu ou sur une terrasse ensoleillée, nous la vivrons comme nous avons vécu ce livre-là. Il lui a fallu, comme à son héroïne Laure, de l’encre pour s’ancrer.
Chantal Lafon-Litteratum Amor 21 mars 2018.

 


Une très jolie découverte que ce roman, une bouffée de bonheur, à prendre à n’importe quel moment. L’auteure a une très jolie plume, très poétique, pleine de jolis sentiments.

Des personnages attachants qui ont soufferts mais pour qui la vie doit continuer, vous les rencontrerez tous avec le plus grand plaisir, vous ressortirez de ce roman avec du baume au coeur.

Le personnage principal , tente de se ressourcer dans le Lot-et-Garonne chez sa tante Marthe, une femme forte et pleine de sagesse, telle que chacun d’entre nous souhaiterait en croiser le chemin. Elle apporte au roman des retours dans le passé et donc des passages historiques que j’affectionne particulièrement.

Je ne vais pas raconter ici l histoire de ce roman,faites comme moi,laissez vous tenter,guider,vous ne le regretterez pas.Si vous voulez vous offrir une petite parenthèse toute douce, ou se mêlent beaucoup de sentiments, une farouche envie de vivre, beaucoup d émotions!je ne connaissais pas cette auteure mais je suis curieuse de savoir quel sera son prochain roman.

 

Un régal !

Souad –

Quelle jolie découverte que ce roman ! Un style qui va à l’essentiel et qui raconte une vie, celle de Laure et de ceux qu’elle aime. Car oui Laure est une éternelle amoureuse qui donne avec générosité. Tout est poésie malgré les félures et les coups du destin.
L’auteure, par des mots simples, sincères et concis a su avec brio me capter tout le week end dernier. Des passages me parlent personnellement  » Je suis devenue boulimique. J’ai besoin de remplir mon corps à l’abri des regards.. » « Le diablotin sur mon épaule gauche se moque tandis que l’ange sur l’épaule droite me console.. » Merci Margaux Gilquin pour ce roman. Je recommande vivement !

Un livre sensible et intelligent

Philippe Perron –

J’ai tout simplement adoré. On ressent une énergie subtile. cette énergie qui vous dit d’avancer, de continuer. un livre bouleversant au sens noble du terme. A lire !

Une jolie histoire

Florence – Il y a beaucoup de douceur et de tendresse dans cette histoire d’une vie qui s’apaise et je l’ai lue avec plaisir. C’est un livre reposant, qui fait du bien et nous rappelle, à l’instar de Tante Marthe, que « parler du bonheur rend heureux » 🙂

Chroniques du Lot et Garonne

Jéjé

« Apprendre à danser sous la pluie » est un roman qui fait du bien, réconfortant comme une cuillerée de miel.

Tante Marthe est entourée de son petit monde. Elle entend tout – même ce qui n’est pas dit -, semble être là en observatrice mais oeuvre en coulisses pour aider ses « petits » à soigner leurs bobos ou refermer des plaies plus douloureuses. Il y a de la pudeur mais aussi des sentiments, toujours sincères.

Je ne vais pas ici parler de l’histoire mais simplement dire que ce personnage fort qu’ est tante Marthe, au milieu de ces âmes à câliner, m’a fait penser à l’inoubliable Madame Madrigal des « Chroniques de San Francisco » d’ Armistead Maupin. Et dans ce cas là, qui est Laure ? Celle qui nous raconte cette histoire est-elle une Mary-Ann Singleton ou un Michael Tolliver ? À vous de voir…

« Apprendre à danser sous la pluie » est un livre pansement, un roman humain avec des humains pour des humains, des vrais.

Émouvant et chaleureux

Guillemette

Une histoire humaine et profonde, pleine de vie, de lumière et de chaleur. Chacun de ces personnages m’a profondément émue, et l’écriture est pleine d’une vraie sensibilité : elle nous entraîne immédiatement dans l’histoire et on n’a plus envie de lâcher le livre ! Un vrai coup de cœur, de la part d’une auteur que je connaissais déjà par son précédent roman. Une chose est sûre, Margaux ne nous déçoit pas… et on en redemande même !

Une belle plume

Reveani

Une très jolie découverte. L’histoire est remplie d’espoir et très agréable à lire. J’ai eu beaucoup de mal à lever le nez de ce livre. Je recommande sans aucun doute. Un bon livre feel good !

Vibrant !

Lily B.Francis

Quel joli roman !

Oh la la… je viens de terminer ce livre. J’ai la gorge nouée par l’émotion ! Il est magnifique ce roman, teinté de nostalgie et de sentiments. Je n’ai pas encore de mots mais il m’a vraiment touchée dans le fait que l’auteure évoque avec tant de beauté et de délicatesse les souvenirs, le passé, les disparus, les guerres et leurs traces… et puis le fait que l’action se passe aussi près de là où j’ai grandi…
J’aime la plume douce et sensible de Margaux Gilquin ! Je me suis reconnue sur certaines formulations et évocation d’émotions.
En un seul mot : vibrant !
Merci pour ce magnifique moment de lecture.

Joli roman

Jenny –

Une très belle balade à travers la France, l’histoire, et les émotions… vivre dans le passé ou avec son passé?? Un roman qui fait du bien. Merci Margaux Gilquin

Encore meilleur !

 

Dès les premiers mots de la première page, je fus absorbée par l’histoire, par les personnages si bien décrits, par ces lieux que je visualisais avec tant de précision que j’ai fini par les reconnaître. Un bon roman, c’est celui qui vous montre avec des mots des images que vous ne pouvez pas voir. Vous entrez dedans comme dans un film. Et ce second roman de Margaux Gilquin, écrit avec talent, d’une plume légère, sans rajout superfétatoire, sans lourdeur, ce second roman est une pure merveille de « film ». Parce qu’on y entre et qu’on le voit. On voit la Tante Marthe, on voit François, on voit chaque protagoniste, chaque rue de Paris, chaque virage dans la campagne.
Si le premier roman de Margaux m’avait emballé, celui-ci m’a littéralement transportée. Un livre à lire, relire, à offrir à nos proches, à conseiller à tout le monde.

Je l’attendais !

OBRY Christine

Margaux nous a fait un peu attendre !
Ce deuxième roman est aussi fort en émotions que le précédent, mais oublions un instant le précédent à moins, bien sûr, que vous ne l’ayez pas lu…
C’est un livre de bien-être à tout prix, c’est un livre d’amitiés fortes, très fortes.
C’est un livre dont on a besoin dans les tumultes actuelles.
Les personnages de ce roman on les aime tous parce qu’on tombe en amour avec Laure et qu’ils sont tellement à son image.
François, Nade, Tante Marthe, oui on vous aime, oui on aimerait vous rencontrer aussi, babiller devant un feu de cheminée avec une tasse de thé en votre compagnie.
On a aussi envie de croiser Laure un peu longuement pour lui dire que, oui, elle a raison de ce regard sur la vie, oui elle a raison de ses souffrances, oui elle a raison de ses joies !
On a envie de la serrer dans nos bras et lui dire qu’on l’aime et qu’on ne veut plus la laisser s’éloigner.
On aimerait faire un petit tour dans Paris avec elle, puis, prendre un train et se retrouver chez Tante Marthe pour se poser quelques jours.
Voilà pourquoi c’est un livre dont je dis que l’on a BESOIN, c’est juste qu’il nous ramène à ce qu’il y a de plus essentiel, de plus profond, de plus beau dans cette vie.
Je ne veux pas dévoiler trop ! Lisez le ! vous serrez rempli vous aussi de cette histoire !

Un livre indispensable

MME CAROLINE COLLAS

De la douceur, de l’humour et de l’amour : tout ce qu’on aime. J’ai vécu avec Laure tout le long du livre : ses doutes, ses chagrins, ses colères et ses fous rires…Ce livre, c’est la vie et je l’ai refermé les yeux humides. A lire absolument !

Je recommande !

Karine maraszek

J’attendais avec un mélange d’impatiente et d’appréhension ce deuxième livre. Et je ne fus pas déçue, bien au contraire !
Je vous recommande de vous laisser entraîner, et comme moi, vous aurez du mal à fermer ce livre avant de l’avoir terminé.
Margaux a réussi à transformer son coup d’essai en coup de maître ! Je ne peux que lui souhaiter une chose : pouvoir vivre de sa plume et de partager avec nous très vite un autre roman !

Superbe histoire de résilience et de reconstruction

Marie-Hélène Fasquel

Une très belle histoire qui explore l’amitié, le partage, les relations humaines de tous types mais aussi et avant tout la difficulté de se reconstruire après avoir vécu des drames. Bravo !

Sublime

Séverine CARESME

Ce livre est magnifique et nous fait réfléchir.
Très bien écrit ,superbe.
Je le recommande vivement.
Dès qu’on commence à le lire on ne peut plus s’arrêter.

Nostalgie et deuxième chance

Lilibrig

Une jolie histoire à l’écriture bienveillante. Un roman où la nostalgie et les drames du passé ont une grande place et offrent malgré tout une chance de reconstruction. Laure est un personnage attachant et les sujets traités dans ce roman sont universels.

Doux et pur

Thierry LM

Qui n’aura pas envie à la fin de ce roman de prendre un vélo et de longer un canal ou la Garonne , de se promener dans ces villages où les personnages ressembleraient à nos propres parrains, cousins ou grands parents…
Une lecture douce, efficace, humaine et attachante..
Moi aussi j ai envie de ttouver ma tante Marthe pour me redécouvrir et vivre le bonheur…
Merci Margaux 😗💚

Entrez dans la danse

Koukitus

Un feeling good movie. Grâce à Margaux, on évolue avec ses personnages dans le temps et les émotions. Alors dansez maintenant

Que du bonheur…

Corinne .G

A lire sans modération… Je recommande vivement à toute personne de se laisser porter par ce roman… Un réel bonheur, le plaisir de s’évader par la lecture..

Gros coup de coeur, grosse émotion

Par ValterM.

Il y a des livres auxquels on ne s’attendait pas et que pourtant, on attendait sans le savoir. Je découvre Margaux Gilquin par ce roman. Un titre en forme de happy feel good et des accessoires rose bonbon… Mais la vie n’est pas un chamallow. Laure, Tante Marthe et François le savent bien. Ce livre est une découverte en forme de coup de tonnerre bienveillant dont je n’ai pas fini d’explorer tous les bienfaits.

Un véritable coup de coeur

Marilyn sigonneau

Jean d’Ormesson disait : « Je t’aime dans le temps. Je t’aimerai jusqu’au bout du temps. Et quand le temps sera écoulé, alors je t’aurai aimée. Et rien de cet amour, comme rien de ce qui a été, ne pourra jamais être effacé ».
Cette citation relate à la perfection les sentiments que j’ai pu ressentir à la lecture de ce livre et ma frustration la plus grande quand il a fallu tourner la dernière page…..
Ce livre je l’ai lu deux fois, sans lever les yeux une seule fois car ce livre vous transporte, vous vous mettez dans une bulle où seuls Laure, François et bien sûr notre chère Tante Marthe peuvent y rentrer…..
Vous ne sortirez pas indemnes de cette lecture car quiconque lira ce livre, se transposera dans cette histoire, fera sa propre psychanalyse…..inconsciemment pour la plupart….. mais après …..vous ne serez plus les mêmes….. vous en sortirez grandis….. plus mûrs pour la vie de tous les jours……
Merci Margaux, par ta plume si envoutante et douce, tu as su faire revivre le passé, les moments douloureux de Laure……pour que ceux-ci puissent s’estompés…… devenir des souvenirs…….qui au fil des années……. Permettront aux gens « de danser sous la pluie plutôt que de s’enfermer dans leur mal être »……

Coup de coeur

Par zélie JUMEL

Écrire un deuxième roman est toujours compliqué, le faire lire aux lecteurs est source de stress pour l’auteur. Je rassure directement Margaux, pari réussi. Ce deuxième roman est aussi bon que le premier, dans un style (sur le fond) différent mais avec la même passion. C’est un très gros COUP DE COEUR pour moi ! On suit Laure, entre Paris et la Grande Maison, entre la capitale et la campagne. Margaux et ses descriptions nous font voyager en France de belle manière. J’ai eu envie de tout lâcher et de partir voir les 13 clochers, de sentir le soleil et de voir le mascaret. En lisant les lignes du romans, on a l’impression d’y être et aussi bien dans le Sud qu’à Paris, j’ai adoré les descriptions ! J’ai eu un sourire un peu béat bien souvent, l’histoire des espadrilles surtout. Mais Margaux Gilquin nous fait aussi passer par bien d’autres émotions comme la tristesse, le deuil, l’effroi. J’ai versé ma petite larme à un moment particulier, mon cœur s’est serré à un autre. Laure est une belle femme avec ses faiblesses et ses forces. Elle apprend « à danser sous la pluie » au fur et à mesure de ce roman, le cheminement est beau et long. Ce n’est pas un livre de développement personnel mais je vous avoue que je le relirais souvent pour continuer d’espérer car il donne envie ce livre d’espérer. En ce qui concerne le style de Margaux Gilquin, on retrouve celui qui a fait son succès pour Le dernier salaire mais en mieux encore, je dirais. On suit la vie de Laure, ses pensées, ses conversations, elle nous décrit ce qui l’entoure aussi bien en extérieur que dans son for intérieur. Tout est très bien fait, juste et sans fausse note. Les personnages, Tante Marthe, François, Nade, Martine sont bien sympathiques et nous n’avons pas envie de les quitter. Ce que j’ai adoré également, c’est qu’il est question de l’Histoire, surtout de la deuxième guerre mondiale d’ailleurs. Et puis, on aborde certains aspects généalogiques que j’adore ! Alors … J’adore !

Apprendre à danser sous la pluie ou apprendre à cicatriser ses blessures ?

FRANCOISE POUPOT

Apprendre à danser sous la pluie ! Contrairement à ce que l’on pense cela n’est pas donné à tout le monde … Mais Margaux l’a fait ! Et bien fait. Après avoir accouché dans la douleur (au sens propre comme au figuré) de son premier livre à travers lequel elle a crié sa révolte, son combat, sa rage d’avancer contre vents et marées (pour elle, et pour les plus de cinquante ans qui ont encore le droit au travail), elle nous offre sur un plateau d’argent son deuxième « bébé », un magnifique roman dans lequel nous retrouvons Tante Marthe, François et les autres personnages qu’elle nous a fait découvrir dans le Dernier Salaire. Nous voilà transportés entre Gironde et Lot et Garonne dans ces paysages qui lui sont si chers, où elle puise dans ses racines l’énergie de vivre et l’inspiration. Comme un peintre, qui du bout de son pinceau mets des touches de couleur sur la toile, Margaux du bout de sa plume couche sur le papier ses personnages, ses décors, avec délicatesse, tendresse, émotion … Derrière la battante qui sait crier sa colère et sa rage nous trouvons une Margaux, qui au travers de ses personnages réels et fictifs, nous dévoile sa sensibilité, sa fragilité. Ce roman, je l’ai lu d’une seule traite, ce n’est pas un livre qui se lit par étapes ; comme on n’interrompt pas quelqu’un en pleine conversation, on ne peut pas refermer « Apprendre à danser sous la pluie » avant d’en avoir lu le dernier mot.

Énorme coup de coeur pour ce roman aux messages forts

Marie Nel

Quel plaisir de retrouver la plume de Margaux Gilquin dans ce deuxième ouvrage. Je l’ai rencontrée et appréciée avec son premier Le Dernier Salaire. Le style est ici différent, la fiction y est plus importante, mais comme l’auteure le rappelle au début, le réel s’est mêlé à l’imaginaire, elle nous transmet à travers ses personnages de très beaux messages.
On retrouve un peu de Margaux dans Laure, son personnage principal. Son premier roman vient d’être publié, elle court un peu partout entre la Gironde et Paris pour répondre aux interviews, est invitée dans de nombreuses émissions et l’est même au ministère du travail. Elle ne s’attendait pas à un tel succès. À côté de tout ce brouhaha, elle vit toujours dans la campagne Bordelaise, chez Marthe, pour laquelle elle est dame de compagnie, la même situation qu’à la fin du premier roman de Margaux Gilquin. François est toujours aussi présent, parfois attentionné envers Laure, parfois plus distant et sombre. Tous deux ont un passé à accepter, à « vivre avec », difficile de renouer des contacts et éviter de souffrir de plus. Les amies fidèles, Nade et Martine, sont là aussi pour rendre le moral à Laure, pour l’aider à avancer.
Et puis, il y a Tante Marthe. C’est pour moi, LE personnage central de ce roman. Elle veut que Laure lui écrive son histoire, alors elle raconte, elle non plus n’a pas eu une vie facile et pourtant elle a réussi à se reconstruire et est heureuse maintenant. Elle apprend à la jeune femme ce qu’est la résilience, profiter des petits bonheurs quotidiens, se servir de son passé comme d’une force pour aller encore plus loin. Tante Marthe donne de belles leçons de vie, pour Laure, et pour nous, lecteurs. Ce que j’aurais aimé la rencontrer, discuter avec elle, rire avec elle. Elle est un exemple pour tous.
Margaux Gilquin m’a emmenée avec elle dans cette Garonne qui sent si bon, elle m’a fait sourire, voir rire (je n’oublierai pas de sitôt les espadrilles!), j’ai senti les parfums de la nature, j’ai couru avec Cannelle, la fidèle chienne de la Grande Maison, j’ai fait du vélo avec Laure. Et j’ai aussi été beaucoup émue, par le passé douloureux de Laure, celui de François aussi, par l’histoire de Marthe, ces petits secrets qui n’en sont plus au bout d’un moment. Émue à en verser quelques larmes…
Je ne suis pas à la place de Margaux Gilquin, mais je pense qu’elle doit se poser des tas de questions sur ce second roman après le succès du premier, c’est pour moi un pari réussi. Le dernier salaire est un témoignage poignant, je n’en préfère pas un par rapport à l’autre, cependant, je vais rester marquée par Tante Marthe et sa sagesse. L’auteure nous transmet à tous un magnifique message d’espoir, il faut croire en nous, croire en la vie, même si il y a des cicatrices dures à refermer, on peut arriver à vivre avec, à les réparer, à continuer et surtout on se doit d’être heureux. Comme le dit Tante Marthe : « La vie ce n’est pas attendre que l’orage passe. C’est apprendre à danser sous la pluie »…
Il est difficile d’écrire une chronique pour un roman qu’on n’aime pas, je vous assure que ça l’est tout autant pour un qui est un énorme coup de cœur pour moi. Je me suis retrouvée dans Marthe, Laure, il y a beaucoup d’empathie dans elles deux et la résilience est tellement bien abordée. Margaux Gilquin nous délivre avec beaucoup de pudeur et d’humanisme toutes ces belles réflexions qui nous poussent dans nos propres retranchements et nous font voir la vie meilleure.
J’espère avoir pu retranscrire toute l’émotion que j’ai ressentie lors de ma lecture, je souhaite vivement que cela vous donne envie de lire cette superbe histoire. Il est très dur pour moi de quitter ce petit monde, je le relirai très certainement, je me suis sentie si bien. Et une mention spéciale pour la magnifique couverture, pétillante, printanière, le beau temps après la pluie…à l’image de l’histoire.
Je tiens à féliciter l’auteure pour ce second roman, très réussi pour moi, je lui souhaite le succès qu’il mérite, beaucoup de joie à partager et j’espère la retrouver très vite dans une prochaine histoire…peut-être avec la « Rue de l’Ourcq »…
Je vous quitte avec cette citation parmi les nombreuses dites par Tante Marthe, à méditer…
« Avoir des projets, se sentir vivre, c’est ça le sens, le but de la vie. Parce que le sens de la vie, c’est quoi ? On ne sait pas. Il n’y en a peut-être pas. C’est à nous de lui en donner un. Tu sais, certains abandonnent en cours de route. C’est une bonne façon d’échouer, tu ne trouves pas ? Comme je plains les gens qui n’ont jamais de projets, d’envie… »

GROS COUP DE CŒUR

Angélique SMITH

J’ai adoré ce roman de Margaux Gilquin du début à la fin! Apprendre à danser sous la pluie fait maintenant partie du groupe très sélect’ des livres que j’aurais plaisir à lire et à relire plusieurs fois dans ma vie!

Ce livre est le témoignage émouvant d’une femme forte qui n’a pas su jusque là qu’elle était! On aime se laisser porter par le fil des pensées de Laure/Margaux sur les chemins de notre beau sud-ouest un verre de Taquin à la main!

Une éloge à l’amitié, l’amour et surtout à nos disparus qu’il ne faut jamais oublier!

Si vous avez besoin d’une parenthèse de douceur Je vous le recommande à 1000% !

Une très belle découverte !

Cristina De Amorim

COUP DE COEUR

C’est avec grande impatience que j’attends les parutions des mois à venir.
Agnès Martin-Lugand auteur, Agnès Ledig, Virginie Grimaldi…je trépigne !
Je n’attendais pas spécialement le livre de Margaux Gilquin, « Apprendre à danser sous la pluie », tout simplement parce que je ne connaissais pas l’auteure.
Je suis passée à côté de son premier livre-phénomène qui a rencontré un joli succès (« Le dernier salaire », prix du meilleur ouvrage sur le monde du travail 2017).

J’ai entre-temps effectué quelques recherches, fais virtuellement connaissance avec Margaux et ai découvert une femme drôle et pétillante !
C’est avec grand plaisir que j’acceptais de lire son deuxième livre, qui paraît aux Editions Lazare et Capucine.

Une très jolie couverture, mélange d’enfance, mélancolie et l’on devine, résilience.
J’ai été très rapidement happée par les personnages de Laure, tante Marthe et même le ténébreux François.
On devine leurs fêlures, nous vient une envie de les prendre dans nos bras, puis très rapidement par la main afin de les encourager à emprunter le chemin de la quête du bonheur, si personnelle.
Des secrets enfouis, des blessures qui ne se referment pas, des silences accablants, des mots que l’on ne dit pas.
Avec Laure, nous voyageons dans les couloirs du passé et de son enfance, nous côtoyons cette fillette pour qui tout a basculé un jour de juillet, sur le chemin des vacances.
J’ai eu envie de me promener dans les vignes, le long de la Garonne, j’ai ressenti la chaleur des terres gorgées de soleil, eu envie de prendre mon vélo et de m’enfuir dans la nature.
J’ai tourné les pages, s’en m’en rendre compte, dans une atmosphère à la fois douce et poignante , je me suis sentie chez moi dans cette demeure familiale de « La Grande Maison », dont les murs sont emprunts de souvenirs, à partir desquels nous reconstruisons peu à peu l’histoire, leur histoire.
J’ai eu envie de retourner en enfance.
J’ai effectué le cheminement nécessaire avec Laure, souvent douloureux, afin de savourer ce qu’on appelle les petits bonheurs de la vie, savoir s’en délecter et profiter de chaque instant.
Un très joli livre, dans lequel on devine la part de réalité, et qui, pour ma part, m’a rendu la lecture d’autant plus émouvante.
Je souhaite un beau succès à Margaux avec ce nouvel ouvrage, qui ne manquera pas de vous ravir.

Tout ce parcours accompli est absolument fabuleux, bravo à Margaux et merci pour cette découverte !

Marie-Jo

« Je viens de quitter Tante Marthe , François, Martine …j’ai ralenti la cadence sur la lecture pour les dernières pages , je ne voulais pas quitter la Grande MAison … je suis rentrée dans cette tranche de vie comme si elle m’appartenait …. je pourrais être …Vous Margaux…( Laure) je pourrais dire..penser..et faire comme Laure ( Margaux) … j’ai passé un Trés bon moment … j’ai pris le soleil … j’ai pris le thé …. j’ai couru dans la campagne …. je me suis approchée du Carrousel.. …. j’ai pris le train ..et j’ai retrouvé Paris …. j’ai monté les escaliers de la maison qui conduisent aux chambres en comptant les marches ……j’ai même ouverte la fenêtre du grenier…

Tante Marthe a pris une place dans ma mémoire ….Merci pour m’avoir accueillie dans une tranche de Marthe …dans la Grande Maison …et François ………. merci .. »

 

Marie Francoise Sarzier

Un livre que je voulais découvrir au fil des soirées et bien c’est rate ! Premières pages a 20h20 et la dernière vers minuit.

Pas possible de refermer le livre, j’étais moi aussi au village de Monteton, me baladant dans les vignes ou sous les pruniers en fleurs, écoutant les confidences de tante Marthe, notre tante a tous, surprise par certains secrets dévoilés.

Venez découvrir l’ éloge de l’amitié, vous serez vous aussi téléportes dans ce beau sud ouest, un verre de Taquin a la main !

Raphaël

J’avais hâte de retrouver Margaux Gilquin après la lecture du « Dernier Salaire », magnifique témoignage d’une génération délaissée par le monde du travail. Je retrouve la «patte » de l’auteur dans ce très beau roman. De l’émotion de la nostalgie mais aussi de l’humour. En résumé Margaux Gilquin est un auteur à suivre et qui, j’espère, aura le succès qu’elle mérite.

*-*-*-*

Vanaly NOMAIN

❤️❤️ MÉGA COUP DE COEUR ❤️❤️

C’est une histoire de résilience, de secrets de famille, de femme perdue et amoureuse.
C’est aussi une belle histoire entre tante Marthe et l’héroïne.
Mais je ne vais pas vous conter le récit ou le thème de ce magnifique roman car avec une telle plume, ça n’a aucune importance.
Avec une telle plume, nul besoin de techniques de scénario, de cliffhangers, de twists ou d’idées originales.
C’est de la littérature, pure et vraie, sans prétention, sans snobisme.

Ce qui m’a touché, c’est la musique que j’ai entendu, du premier au dernier mot, à chaque page. Une douce mélodie que je ne veux plus arrêter. Tout sonne juste. On dit que tout est onde et donc musique. Je crois que j’ai entendu la musique de Margaux Gilquin, celle de son âme. Elle est belle, poignante, fragile et si humaine. Mon dieu, je crois que je suis tombée amoureuse !

J’ai eu cette sensation profonde de rencontrer l’héroïne (ou l’auteure, car il n’y a aucun doute pour moi, Laure c’est Margaux, Margaux c’est Laure), d’être près d’elle ou à sa place, à chaque instant. J’ai eu l’impression d’être au coeur de son intimité, de manière si naturelle, si humaine.
Ce qui m’a ému, c’est le cri d’amour que j’ai ressenti à chaque phrase, à chaque respiration, à chaque souffle.

Ce qui m’a émue, c’est d’entendre son coeur battre comme s’il était en moi.

Je ne sais pas ce que les autres lecteurs ont ressenti, j’ai bien conscience que mon retour n’est pas du tout objectif tellement il est figé dans un sentiment brut.
Je ne sais pas pourquoi j’ai ressenti autant d’émotions derrière des mots et des évènements si simples.
J’ai réellement eu l’impression d’effleurer un peu de l’âme de Margaux Gilquin, et je peux vous dire qu’elle est sublime.

Ce message n’est pas à la hauteur de ce chef d’oeuvre, mais je suis tellement troublée que je ne crois pas être capable de faire mieux pour le moment, mais je voulais vous faire partager mon ressenti le plus vite possible.

Margaux, merci. Merci infiniment. J’en ai encore les larmes aux yeux.

KARINE

Viens de finir le dernier roman de Margaux Gilquin « apprendre à danser sous la pluie  » : un petit bijou. Il m’a donné envie de sortir, de me promener tout simplement, de boire un thé en ne pensant qu’à « mon  » petit moment. , de parler à mes enfants des anciens, des déjeuners de famille… Bref, Merci Margaux Gilquin pour ce deuxième bébé… Et comme à chaque nouvelle naissance, je n’ai qu’ une question : à quand le troisième ?????

Marie Chaudon du Journal Le Pélerin

J’ai rencontré Margaux en 2016 pour la sortie du « Dernier salaire ».

Un récit percutant où elle mettait des mots sur une réalité enfouie sous l’anonymat des chiffres : ce chômage qui n’en finit pas…

Margaux Gilquin a repris sa plume délicate pour s’aventurer du côté du roman. Elle publie la semaine prochaine « Apprendre à danser sous la pluie ». Une leçon de vie sensible, aux échos bruissant de douceur et d’humanité.
Paru aux Éditions Lazare et Capucine

*-*-*-*-*

Cathy Demazeau Lu et terminé ! Une très belle histoire, des personnages attachants et un cadre magnifique…. notre beau sud-ouest ! Bravo Margaux, sincèrement. J’ai eu parfois les larmes aux yeux et Tante Marthe m’a rappelé ma « Mamé » à moi

 

Valérie Ringot – Attagnant

Moi qui suis plus « mordue de thrillers », je viens de découvrir ce roman de Margaux Gilquin . 😱 magnifique ! Entre réalité et fiction, personnages attachants, plume agréable et légère, que du bonheur !
Trois conseils :
1. Lisez-le
2. Partagez-le
3. Relisez-le

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Publicités
%d blogueurs aiment cette page :