Melissa Da Costa, Auteure

A l’occasion de la sortie de son troisième roman, j’ai le plaisir de vous présenter Melissa Da Costa que je remercie d’avoir pris le temps, en pleine promotion, de répondre à mon invitation.

 

Pouvez-vous me raconter comment vous êtes venue à l’écriture et ce que vous avez commencé à écrire ?

J’écris depuis le CP . Au départ j’inventais des phrases, puis mes écrits se sont transformés en  poésies, contes, débuts de romans, etc… Le premier roman dont je  suis venu à bout, c’était à mes 25 ans… Je l’ai autoédité sur Amazon et il va sortir « pour de vrai » d’ici quelques semaines. Son titre est « Je revenais des autres ».

Faisiez-vous lire à quelqu’un ce que vous écriviez ou écriviez-vous des choses que vous ne montriez à personne ?

Mon conjoint suit l’intégralité du processus d’écriture, je lui envoie mes romans au fil de l’eau, toutes les 10 pages environ. Son avis et ses impressions comptent beaucoup. Ensuite, quand le roman est terminé, je le fais découvrir à ma mère et une de mes sœurs. Et ensuite seulement à mon éditrice 😉

Lisiez-vous quand vous étiez enfant et adolescente ? Aviez-vous des auteurs préférés ? 

Oui, j’adorais la lecture toute petite. Mes livres préférés : les livres de la Comtesse de Ségur, les Harry Potter, les Katherine Pancol.

Quelle place la lecture occupait-elle chez vos parents ? Y avait-il des livres, des journaux, des revues ?

Mes parents n’étaient pas de grands lecteurs. Entre temps, ma mère est devenue une addicte de la lecture mais à l’époque elle ne lisait pas beaucoup et mon père pas du tout. En revanche on m’a toujours fait la lecture, quotidiennement. J’imagine que ça a beaucoup compté.

Avez-vous écrit autre chose que des romans ?

Petite : des poésies, des contes pour enfants mais désormais je n’écris que des romans.

Comment vous est venue l’idée de publier ?

Elle ne m’est pas venue du tout. J’étais persuadée de n’avoir aucune chance d’être éditée. J’ai donc simplement déposé mes romans sur Amazon… Sans résultat. .. Lorsque j’ai terminé mon 3eme roman « Tout le bleu du ciel », j’ai déposé mon manuscrit sur « monbestseller.com » qui m’a offert une plus grande visibilité et d’être approchée par un éditeur.

Est-ce vous qui concevez vos couvertures de livres ?

Non, c’est la maison d’édition et son équipe de graphistes qui gère 😉

Y a-t-il des moments précis où vous écrivez ? Comment écrivez vous ?

Je vais grouper ma réponse aux 2 précédentes questions : Pas de rituel d’écritures précis. Pas de « technique » d’écriture non. Je fais avec les moyens du bord surtout depuis l’arrivée de bébé. Quand je peux lors d’une sieste, pendant mes soirées quand il est couché…  Comme j’ai peu de temps devant moi, je ne tergiverse pas, je me lance la tête la première et je me laisse emporter par l’intrigue, par mes personnages.

Ce sont eux qui m’embarquent, me guident, m’imposent un rythme, me soufflent des rebondissements, des actions. Une improvisation totale. C’est ce qui fait que je m’amuse !

Comment vous vient l’idée d’un roman ?

Franchement je n’en sais rien. Parfois les paroles d’une chanson, parfois un paysage, une discussion avec quelqu’un… je puise des idées partout, tout le temps et j’ abandonne 99% des idées de romans que j’ai. De temps en temps une idée parvient à s’imposer er, à me hanter suffisamment pour que je me décide à lui faire prendre vie.

De qui vous inspirez vous pour vos personnages ?

Je m’inspire peu de mes proches, davantage de personnes croisées lors de rencontres éphémères  (soirées entre amis, voyages…) pour quelques traits de caractère que je vole par ci par là mais l’essentiel vient quand même de mon imagination.

Une dernière question, est ce que selon vous l’écrivain a un rôle particulier à jouer dans la société ?

J’imagine que oui mais je n’ai jamais pensé que ça me concernait : que mes écrits ou moi-même pouvaient jouer un rôle. Or, je reçois des messages extrêmement forts de lecteurs me confiant que j’ai changé leur vision du monde, leur ai redonné espoir en la vie, les ai aidé à surmonter un deuil… J’en suis toujours incrédule. Incrédule et émerveillée.

Le questionnaire façon Amélie Poulain

Melissa aime

L’odeur d’une bougie soufflée

Le petit déjeuner : meilleur moment de la journée, douceur, lenteur, effluves de café…

Les chatouilles sous les pieds

L’odeur de mon bébé

Les plaids bien chauds (je suis une grande frileuse)

Melissa n’aime pas

L’odeur de l’essence

La couleur rouge

Le hard rock

Les manèges (je suis une froussarde !)

L’acrobranche ou l’escalade (vertige à 1000%)